VTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM Banners
Erreur
  • XML Parsing Error at 1:220. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:309. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:302. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:229. Error 9: Invalid character

alt

Alors que le mandat du gouvernement sachemine vers sa fin, le sort du contrat-programme du secteur agroalimentaire demeure inconnu. Le document attend le visa du gouvernement depuis septembre dernier.

La Fdration nationale de l'agroalimentaire (Fenagri) simpatiente. Aprs un long processus qui a dur plusieurs mois, le contrat-programme du secteur attend toujours le visa des dpartements concerns : les ministres de lIndustrie, de lAgriculture et (surtout) des Finances. Et ce, depuis septembre dernierPour cause, le cot de la mouture, adopte par les parties prenantes, a t jug trop lev par largentier du royaume. Ledit contrat devra en effet ncessiter une enveloppe de 8,4 MMDH, dont 3,6 MMDH pour la valorisation des fruits et lgumes et 4,8 MMDH pour lindustrie. Un montant que le ministre des Finances estime trop lev. La dernire runion du comit de pilotage a eu lieu en septembre 2015. Et depuis lors, nous navons pas un feedback sur ltat davancement du contrat-programme, indique Amin Berrada Sounni, prsident de la Fenagri qui ne cache pas son inquitude quant au retard pris sur ce dossier.

Dautant plus que le mandat du gouvernement sachemine vers sa fin, ce qui risque de reporter le contrat-programme aux calendes grecques. Il est urgent de signer ce contrat-programme pour envoyer un signal positif au secteur priv et encourager les investisseurs. Ces derniers nont pas de visibilit et cela se voit sur les investissements dans le secteur qui ne croissent pas, signale le prsident de la Fenagri. Pour lui, il y a plusieurs facteurs qui guettent la filire : les ALE, la recrudescence de la contrebande

De plus, le diagnostic des tudes ralises sur le secteur saccordent sur les mmes constats. Les industries agroalimentaires nont pas profit de la dynamique dinvestissement des annes 2000-2013 et souffre dun manque dinvestissement ; les cots de production de certains produits agroalimentaires sont peu comptitifs par rapport lUE Pour relancer le secteur, ltude ralise par Roland Berger, qui a servi de base pour llaboration du contrat-programme, recommande des mesures transverses toute lindustrie agroalimentaire: formation, intelligence conomique, mise niveau des canaux de distribution, lutte contre linformelConcrtement, il sagit de dupliquer sur cette filire le concept dcosystme industriel.