VTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM Banners
Erreur
  • XML Parsing Error at 1:220. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:309. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:302. Error 9: Invalid character
  • XML Parsing Error at 1:229. Error 9: Invalid character
Agroalimentaire : Externalisation de la logistique pour conforter la comptitivitAgroalimentaire : Externalisation de la logistique pour conforter la comptitivit
Les exportations du secteur ont augment de 8,8% en 2017. Une performance qui tient au contrat programme et aux mesures fiscales. Le secteur peut cependant faire plus et mieux.

Bilan positif pour lindustrie agroalimentaire en 2017, selon la FENAGRI. Principal indicateur : un chiffre daffaires des exportations de prs de 32 milliards de DH, soit une augmentation de 8,8% par rapport 2016, selon les statistiques officielles de lOffice des changes. Cette volution dmontre, selon la fdration, le dynamisme sur les marchs internationaux, dune part, et, dautre part, lvolution naturelle du secteur dont le dveloppement se poursuivra durant les prochaines annes soutenu par la mise en place du contrat programme sign en avril 2017. Lentre en vigueur de celui-ci est, selon le prsident de la Fnagri, Mohamed Fikrat, le principal fait marquant pour lanne 2017 .

Conclu entre lEtat et la profession reprsente par la FENAGRI et la COMADER, ses mesures ont t labores sur la base des recommandations dune tude stratgique ralise entre fvrier et septembre 2015 par le ministre de lagriculture et de la pche maritime, le ministre de lindustrie, du commerce, de linvestissement et de lconomie numrique et la Fnagri. Elles ont fait lobjet de concertations approfondies avec les professionnels pour mieux prendre en compte leurs besoins et attentes en matire de dveloppement du secteur. Lncitation linvestissement, lencouragement des exportations, la promotion des produits marocains ainsi que des mesures plus transverses comme lencouragement de la recherche et dveloppement et de la formation professionnelle.

Tel est le contenu, rappelons-le, du contrat programme conclu pour une dure de 5 ans et qui vise la cration de 300 nouvelles units, ce qui terme permettra de gnrer 38 457 emplois et un chiffre daffaires additionnel de 41,75 milliards de DH dont 12,52 milliards lexport et enfin une valeur ajoute additionnelle de 13,1 milliards de dirhams. En matire doprationnalisation des mesures prvues par le contrat programme, la Fdration nationale de lagroalimentaire souligne que le texte dapplication relatif aux incitations linvestissement prises en charge par le Fonds de dveloppement agricole a t publi au Bulletin officiel. Et de prciser que les porteurs de projet peuvent dores et dj prsenter leurs dossiers aux directions provinciales de lagriculture ou aux offices rgionaux de mise en valeur agricole dont ils relvent.

LAfrique de lOuest et les pays du Golfe, des marchs porteurs pour lagroalimentaire marocaine

On apprendra auprs de la corporation quaujourdhui les 57 guichets uniques du Fonds de dveloppement agricole sont mobiliss et ont dj commenc recevoir et traiter les demandes des subventions. Des concertations sont en cours avec les professionnels pour finaliser les autres textes et conventions spcifiques ncessaires loprationalisation des autres mesures. Ainsi, pour la promotion des exportations des produits agricoles, un projet darrt conjoint fixant les conditions et modalits doctroi de laide financire de lEtat la promotion et la diversification des exportations des produits agricoles a t labor et il est actuellement en phase de publication au niveau du Secrtariat gnral du gouvernement. Ainsi, et compte tenu de la spcificit de lactivit des exportations agricoles, ce projet darrt sera rtroactif, ce qui implique que les exportations ralises depuis 2017 seront ligibles pour bnficier des subventions. Quant aux mesures transverses (formation, innovation, mise niveau, promotion, prospection des marchs, ), des conventions spcifiques seront signes par le gouvernement et les professionnels ce sujet. La fdration prcise que 28 conventions sont prvues, dont 10 entre les organisations professionnelles signataires et leurs membres et 18 conventions entre ces organisations professionnelles et le gouvernement. A ce jour, ces conventions sont en phase de finalisation et seront signes dans les prochaines semaines.
Si, pour lheure, le contrat programme concerne huit filires, notamment la valorisation des agrumes, la valorisation des fruits et lgumes, la transformation des fruits et lgumes, lindustrie de lhuile dolive, lindustrie laitire, lindustrie des viandes, lindustrie de la biscuiterie confiserie et chocolaterie, et lindustrie des ptes et couscous, le prsident de la fdration avance que des rflexions sont en cours pour traiter les autres activits de lindustrie agroalimentaire. Outre le contrat programme, les professionnels tiennent signaler galement limpact de llargissement du principe de la TVA non apparente aux produits laitiers, adopt dans le cadre de la Loi de finances 2018. Il faut rappeler que cela sinscrit dans le cadre des concertations menes, depuis plusieurs annes, par la Fnagri avec la Direction gnrale des impts qui avaient dj abouti en 2016 ladoption du principe de la TVA non apparente pour les industries des fruits, lgumes et lgumineuses. La fdration estime quil sagit dune avance majeure pour notre secteur puisquelle lui permet pour la premire fois de combler le diffrentiel de TVA qui existe entre les intrants et produits finis de lindustrie agroalimentaire, et de saffranchir ainsi du dficit de comptitivit que ce diffrentiel crait. Il est clair que la mise en uvre de lensemble du contrat programme reste la priorit principale de la fdration dont le prsident souligne la poursuite des concertations avec les associations professionnelles et les diffrents dpartements ministriels impliqus afin de finaliser les conventions spcifiques, les textes rglementaires ncessaires, ainsi que pour activer la dclinaison rgionale de ce contrat. Par ailleurs, en matire de fiscalit, Mohamed Fikrat ajoute que nous continuerons duvrer avec ladministration afin dexplorer toutes les pistes potentielles pour gnraliser le principe de la TVA non apparente lensemble du secteur agroalimentaire.

Matrise des cots

En dehors des mesures fiscales et celles relatives lappui linvestissement, le dveloppement de lindustrie agroalimentaire passe par la recherche et linnovation. Ce qui explique les efforts entrepris par la fdration pour redynamiser le Centre technique des industries agroalimentaires (CETIA). Une plateforme la disposition des industriels pour mutualiser les efforts de R&D dans le secteur qui devront aboutir une diversification de la production et donc la cration de produits forte valeur ajoute. Cest ce prix, prcisent les professionnels, que nos produits pourront, dune part, mieux se positionner sur les marchs traditionnels, et, dautre part, conqurir de nouveaux dbouchs. Dailleurs, ce sujet, plusieurs filires (biscuiterie, chocolaterie, ptes et couscous ou encore conserves de fruits et lgumes et des jus) sont parties la conqute de nouveaux marchs, notamment les pays africains et ceux du Golfe. Il faut noter que les flux daffaires dj raliss se sont traduits, selon la fdration, par une hausse significative des exportations vers ces rgions. Ainsi, les statistiques de lOffice des changes montrent que les exportations marocaines vers les pays du Golfe ont plus que doubl sur les 5 dernires annes, passant denviron 300 MDH en 2012 plus de 740 MDH en 2016.
Pour ce qui est de lAfrique de lOuest, les exportations vers ces pays ont connu une augmentation de 14%, passant de 1,9 milliard de DH en 2012 2,2 milliards en 2016. Bien videmment, il reste des dfis relever pour capter tout le potentiel de ces destinations, avec en particulier le renforcement de la connectivit logistique.
Etant un rel levier de comptitivit majeur pour les entreprises du secteur, la logistique est un chantier primordial pour la Fnagri qui estime que loptimisation de la logistique peut vite devenir un avantage comptitif pour nos entreprises . A cet gard, lexternalisation des activits logistiques peut tre une solution envisager par les industriels. Ce qui, selon eux, peut leur permettre de contrler les cots de la logistique, tout en se concentrant sur leur cur de mtier.

Source : lavieeco.com du 24/04/2018