VTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM BannersVTEM Banners
Actualités

Le Maroc et l'Espagne signent un accord de partenariat public-privé pour développer l'économie marocaine
Lors d'une réunion tenue hier à Rabat, le ministre du travail Mohamed Yatim et l'ambassadeur d'Espagne au Maroc, Ricardi Diez-Hochleitner, ont lancé officiellement "l'accord de partenariat public-privé pour le développement" (APPPD) afin de promouvoir la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) au Maroc.

Ce partenariat vise à améliorer la gestion sociale des entreprises marocaines, notamment les PME évoluant dans les secteurs du textile et de l’agroalimentaire, accroître le niveau de leur contribution dans le développement économique du Maroc et, surtout, renforcer les capacités des différents partenaires sociaux en matière de RSE. Il s'inscrit dans les principes de la coopération espagnole qui a réalisé au Maroc diverses actions pour renforcer les secteurs productifs et le développement économique local avec l'appui des politiques publiques.

L'accord de coopération a été signée, entre autres, par l'Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID), le ministère marocain du Travail et de l'Insertion professionnelle, l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPPM), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), l’Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement (AMITH), la Fédération nationale de l'agroalimentaire (FENAGRI), la Forgien Trade Association (FTA) et El Corte Ingles.

"Une action d'entreprise fondée sur l'oeuvre libre et mutuelle d'acteurs différents mais égaux, formant un ensemble collectif mobilisé autour d'un objectif commun", a-t-il été précisé au cours de la conférence.

L'ambassadeur d'Espagne a salué ce projet qui renforce davantage les liens entre les deux royaumes voisins, ajoutant que le Maroc reste "un partenaire économique privilégié" pour l'Espagne.

Doter le pays d'un climat des affaires sain et attractif

Lors d'un discours, Mohamed Yatim a salué cette "louable initiative", convaincu que l'accord "constituera un apport qualitatif considérable qui viendra réconforter les innombrables et colossaux efforts déployés dans notre pays pour dynamiser le monde des affaires, améliorer les niveaux de gouvernance et accroître les indicateurs de sa performance globale".

Il a par ailleurs rappelé que le Maroc, pays émergent en quête d'un essor socio-économique "soutenu, durable, intégré et global", doit se doter d'un climat des affaires "sain et attractif". Plusieurs objectifs ont été déterminés: soutenir toute action entrepreneuriale et privilégier un engagement fort, mettre en application un modèle de développement incluant la dimension "responsabilité sociétale" et s'en tenir strictement aux principes d'éthique, de responsabilité, de civisme et de citoyenneté.

Le ministre a également ajouté que la politique publique au Maroc "ne reste pas insouciante à la question du développement durable et aux besoins et exigences d'ordre socio-environnemental".

En somme, le gouvernement prévoit d'améliorer, à travers ce projet, la performance sociale du milieu socio-économique marocain et d'en faire un vecteur de développement du pays.

Moins de chômage et plus d'emploi

Mettre l'emploi au centre de l'action publique afin de réduire le taux de chômage et diversifier les offres d'emploi, tels sont les enjeux du Plan national de promotion de l'emploi 2017-2021 qu'a tenu à rappeler Mohamed Yatim. Le ministère a adopté un programme quelque peu ambitieux qui répond aux objectifs de l'APPPD et qui prévoit la concrétisation et la généralisation du principe de travail décent et des droits fondamentaux au travail, et une extension de la protection sociale et de la couverture médicale aux travailleurs vulnérables.

Toutes les entreprises marocaines des secteurs agroalimentaire et textile qui portent un certain intérêt à développer leurs connaissances en matière de RSE pourront ainsi bénéficier de ce programme qui s'étend au niveau national mais surtout sur les villes de Casablanca, Rabat, Tanger, Fès, Meknès et Agadir.

Le budget total du projet APPPD s'élèvera à 426.392 euros (4.690.312 dirhams), couvert par les contributions des différents partenaires mentionnés précédemment.

Des évaluations seront faites pour mesurer la portée des résultats. Reste à voir si cet accord permettra une réelle avancée sociale et mettra l'accent sur le développement humain comme convenu.


Source : du 28/11/2017